Jour vs Nuit

Quand l’aube quitte son lit,
Des regards pressés s’éveillent,
La rue se farde lentement
Arborant son sourire moite de la veille.

A l’heure des parias,
Les murs se font lecture,
Catalyseur des oisifs
Les mots se font volatiles.